om

L'analogie entre le signe du scorpion et la forme-énergie Kali.

Le signe du scorpion est une signe de combat, de mort, d'obscurité (des profondeurs psychologique dans lesquelles s'établit la lutte du disciple). On y voit Hercule tuer un monstre multi-têtes grâce à sa force, son courage mais aussi son humilité. Le but de l'épreuve consiste à vaincre la personnalité vu comme un tout, c'est-à-dire l'ensemble des mémoires, tendances et déviances qui forme notre gardien du seuil. Renforcé par des millions d'incarnations, il représente la bête à surmonter pour s'affirmer comme Homme.

En Inde, nous trouvons la figure de Kali, déesse guerrière, redoutable, impétueuse, déchaîné et courroucée. Figure violente et sombre de la face lumineuse de la Mère du Monde, elle présida au cycle qui s'achève désormais et qui portait son nom : le KALI yuga ou l'âge des ténèbres.
Sa représentation populaire et folklorique la donne comme une femme furieuse, noire, nue, sauvage, tirant la langue, brandissant un sabre dans une de ses quatre mains, tenant une tête décapité et saignante, faisant le signe de la bénédiction et de l'offrande de voeux,  portant en guirlande de têtes autour de la taille... Cette représentation, au premier abord macabre, pour qui n'en comprend pas la symbolique, nous renseigne sur la puissance formidable de son énergie et son rôle de guerrière.
Les têtes tranchées sont les vices, mauvaises pensées, les pêchés du dévots qui prie et invoque Kali pour sa libération. Dans le cadre du yoga de la dévotion (Bakthi Yoga) il s'agit de s'armer de cette dévotion pour traverser l'âge sombre. On invoque donc la Mère du monde sous cette forme de Kali afin qu'elle effectue son oeuvre en nous et nous enseigne.

PB240074

Cette représentation est néanmoins strictement codifiée est donne au "peuple" tout les éléments dont il a besoin pour avoir une idée  claire de cette divinité et de son travail. Pour ceux plus avancés, il y a le mandala/yantra de Kali dont les formes sacrées (triangle, lotus/rond, carré, point) invitent au travail plus abstrait et à une compréhension dégagée de la nécessité d'une représentation visuelle. Cette dimension plus mentale et cette vision plus éthérique de Kali en tant que puissance et énergie est donc un stade plus avancé.

Kali_yantra
Un yantra de kali (les triangles concentriques pointes en bas sont caractéristiques)

Kali est la contrepartie féminine de Bhairava, c'est-à-dire la forme obscure de Shiva, puisque sous ce nom lumineux  il correspond à l'"Auspicieux". Elle est une des énergies cosmiques de l'univers, faisant un triangle avec Saraswati et Laxmi. Ces noms et ces représentations formelles ne doivent jamais nous faire oublier que ce sont des formes-énergies dont les noms eux-mêmes sont des mantras avec de profondes signification ésotériques.

A cet égard, les indiens ne se trompent pas quant à leurs représentations et leur folklore mythologique. Ils savent que Dieu est UN, que depuis cette universalité il a décliné et déployé ses différentes formes-énergies pour la manifestation de l'univers. Que chaque formes qu'ils prient en fonction de leur préférence et/ou de leur obligation familiale (de la zone, la divinité du clan/du groupe ou de la lignée familiale) est bien DIEU l'UN mais sous une forme spécifique. Pour les commodités du temps et dans le soucis de s'adapter à tous les types d'évolutions, ils savent aussi qu'il est plus aisée de prier et d'invoquer depuis une forme que depuis l'abstrait.

images_1

Ce pragmatisme formel, prit parfois au pied de la lettre par des occidentaux incultes, est le chemin généralement employé pour accéder -dans le futur- à des dimensions plus conceptuelles. La divinité priée et invoquée doit faire corps de plus en plus avec le dévot jusqu'à ce qu'ELLE fasse partie intégrante de son système, qu'elle le transforme et le transmute de son feu au fur et mesure des pratiques. Elle agit donc en le purifiant, le protégeant, l'enseignant, lui ouvrant les portes pour des compréhension de plus en plus subtile de ce qu'ELLE est. Le but étant bien sur de le mener au niveau ultime de l'UN. Telle est la voie de Dévotion.

Il convient donc de comprendre que par la représentation -astrale- d'une divinité, on inscrit dans ce corps astral une image et des informations qui font leur oeuvre d'une façon très efficace. Les différents niveaux de pratiques accompagnant le développement de l'individu et sont donnés lorsque nécessaire par le Guru (qui étymologiquement signifie celui qui "montre la lumière")

Mais revenons à KALI. Son nom vient de KALA = obscurité car KALI retire l'obscurité du dévot sur la voie de la perfection mais aussi parce que toutes les couleurs se fondent dans le noir.
KALA = temps et i = Cause. Kali est le temps et au-delà du temps. La perception se fait dans le temps et KALI active notre perception et conscience temporelle.
KALI et sa guirlande de têtes tranchées sont les mauvaise pensées ôtées de la personnalité. Elle pacifie le mental et apporte le silence intérieur. Elle détruit les oppositions, la confusion, le concept égoïste de l'attachement. Elle porte ainsi le karma (mauvais) comme ornement.

Dans ses mythes :
KALI est la destructrice des démons MADHU et KHAITABA (trop et pas assez) et offre ainsi l'équilibre.
KALI est CHA-MUNDA. Elle détruit les démons de la colère (en tant que pensée/CANDA) et de la passion (impure/en tant que MUNDA) et les avale dans sa bouche infinie...

-Le désir (RAKTA BIJA = ROUGE GRAINE) se reproduit et fait naître un nouveau désir pour survive, une nouvelle passion pour quelque chose, pour captiver l'esprit (voir l'hydre qui repousse...). Ce désir, cette force, cette vitalité, voir ce courage, nous pousse à agir et chaque jour une graine rouge du désir fleurit... KALI peut consummer le Désir et libérer l'existence.

Dans la représentation complète de KALI, on la voit dans un crématorium danser sur Shiva. Ce dernier est inerte, la contemplant de son troisième oeil ouvert. Car le témoin éternel qu'est le Père-Shiva observe la danse de la Création et de la Destruction de la Mère du Monde. KALI danse pour attirer et détourner l'attention de SHIVA mais IL reste concentré et simple témoin, n'oubliant jamais que c'est la Nature qui danse... car nous ne sommes pas les acteurs mais bien les témoins de la Nature et notre corps agit selon SA nature. Avec cette donnée en tête, nous sommes libres, serein et contemplatif devant le drame du monde et de notre vie... et le jeu des causes et effets. On cesse de réagir émotionnellement à la vie, on peut vivre en planifiant efficacement pour devenir un serviteur en accord avec notre nature, calé sur une conscience temporelle optimisée.

Outre d'autres interprétations, nous pouvons encore citer le fait qu'elle est rattaché à Tamas  parmi les 3 Gunas (=qualités de la Nature : sattva (lumière/sagesse, rajas (feu/activité), Tamas (obscurité/inertie).
Tamas est obscurité mais pas seulement dans le cadre de l'ignorance. Il y a une obscurité qui voile la perception et une autre qui révèle la Lumière... KALI en tant que personnification de Tamas est l'énergie de la sagesse, elle répand son obscurité sur les désirs mondains et rends les chercheurs oublieux de l'extérieur, concentré à l'intérieur!
Le monde extérieur suit son cours en fonction de sa nature et des cycles, on peut ainsi rester tranquille à l'intérieur, sans indentification ni attachements aux changements incessants et on peut ainsi réaliser la suprême Vérité.
De cette façon, KALI est JNANA SHAKTI = L'énergie de la SAGESSE, de l'intuition intérieure.

La grâce de KALI est de prendre l'obscurité du monde extérieur et d'apporter l'illumination du monde intérieur.

KALA = Temps = MORT. signe du scorpion, KALI libère de la peur de la mort et donne sa compréhension ultime, d'où l'importance du culte de KALI et de sa primeur. Elle offre ensuite nécessairement ce courage et cette force sur le chemin du guerrier, devenu plus intrépride et volontaire. Avec ELLE, on saisit que le monde est un immense cimetière et que là se tient KALI/le temps qui dévore sa création (voir le KRONOS des Grecs...)

most_terrific_mother_goddess_kali_esoteric_black_tp22
Kali dans une iconographie tibétaine

Il existe plusieurs "degrés" de KALI.
-DAKSINA KALI= daksina dénote une discernement divin, une action juste né de l'intuition, exprime la netteté de l'execution.
Elle est la force/puissance du Suprême, des Dieux. Elle apporte la mort/destruction mais elle le fait dans un discernement divin , (1er Rayon) dans le cadre d'une action juste et bien motivée, bien ordonnée, bien perpétré.

-BHADRA KALI= badra dénote l'idée de justesse, d'auspicieuse félicité, la destruction et la mort est l'étape nécessaire pour que la création baigne dans une lumière supérieur et dans l'ANANDA glorieuse (Félicité). KALI énergie d'évolution. Le temps transforme, prépare, organise par étapes jusqu'à la LIBERATION. C'est un dévoilement progressif des potentialités.

KALI donne la force de l'esprit et du corps. ELLE est la volonté impeccable. déesse des héros et des guerriers vaillants. Elle est KUNDALINI dans le corps, active dans le corps en tant que  Prana. L'esprit est rattaché au corps par le prana (via le souffle). L'air rentre et sort et ce mouvement du prana est KALI = le temps...

Une des pratique yogique liée à KALI est d'unir consciemment sa conscience au souffle entrant et sortant. De prendre conscience du prana qui nous soutient et nous maintient en vie...

Au 20ème siècle, le grand Avatar RAMAKRISHNA fut un dévot absolu de la Mère du Monde sous la forme de KALI. Il en eu plusieurs visions qu'il relata.

MANTRAS
Les mantras sont des mots de pouvoir qui correspondent à une énergie. Faire résonner un mantra dans les éthers grâce au verbe, c'est invoquer et évoquer une manifestation énergétique correspondante sur certains plans.

Les mantras ont été entendu par des Rishis (grands sages) lors des âges précédents. Il ne sont pas des constructions ni des inventions mais des sons entendus au cours d'états de conscience très élevé par ces grands êtres. Transmis aux hommes dans le cadre d'une science mantrique permettant  de construire, de travailler, d'éveiller ou encore de détruire par le pouvoir du verbe maîtrisé.
S'il est vrai que la réaction dépend du niveau d'évolution et de la capacité à maîtriser correctement cette science, il n'en demeure pas moins vrai que la prononciation d'un mantra entraîne aussi automatiquement un effet. Aussi surement que 2+2=4, réciter un mantra produit son effet dans les véhicules de celui qui récite. Dans le cadre du Bhakti Yoga, la dévotion simple et belle suffit à évoquer la divinité et plus l'Amour authentique colore l'appel, plus la réaction est puissante et forte et immédiate.
Ajouter l'Intention, la concentration, la régularité, la pratique les jours auspicieux pour telle divinité plutôt qu'un autre, les heures fastes, les conjonctions astrologiques particulières déterminées et vous aurez un aperçu d'une science très évoluée qui peut produire des effets très puissant.

Le sanskrit étant la langue la plus proche de la langue sacrée, contient encore cette charge inhérente à sa nature et lui permet de travailler directement avec les forces et les énergies. De même que l'hébreu -dans une moindre mesure- son alphabet et ses lettres sont sacrées, leur combinaisons pouvant entraîner des résultats spécifiques quand en on connaît les clefs... Une théorie très développée concernant cette langue, son pouvoir est l'apanage des sages indiens.

A cet égard donc, les mantras en sanskrit sont d'une importance capitale, ne serais-ce que parce que leur répétition par une masse de gens, de maîtres, de yogis, d'avatars et ce depuis un passé immémorial, charge ces formules d'un valeur karmique inestimable. Le nom de Maitreya n'est-il pas du Sanskrit?
Tandis que D.K ne donnait aux occidentaux les explications de l'univers qu'au 20ème siècle, les écrits orientaux livrent la constitution de l'homme et du cosmos depuis si longtemps que même aujourd'hui, nous n'avons pas les mots pour exprimer les concepts indiens! Nos périphrases rendent encore mal les mots sanskrits constitués pour rendre compte de leurs abstractions.
M.Blavatsky cite les classes de dévas dans sa Doctrine Secrète en Sanskrit, les cycles et autres descriptions sont du même ordre et D.K le tibétain ne fait pas l'économie parfois de référence à cette langue incontournable.

Si vous êtes un peu sensible, faites l'expérience de réciter le Gayatri mantra en Français et en sanskrit selon le ton et le rythme juste et observez la différence de vibration...(je tiens à votre disposition le mantra et la façon correcte de le prononcer tel qu'enseigné par L'avatar SAI BABA lui même... (intonation+rythme)

KALI
son jour le mardi (jour de mars)
Sa couleur : le rouge (volonté 1er rayon)
Son encens : le santal (encens de 1er rayon)
Son yantra contient 5 triangles pointes en bas concentriques (symbole du feu/féminin), 8 pétales

parmi ses nombreux mantras : OM HRIM SHRIM KRIM Parameswhari Kaliké Swaha.   (swaha = je suis)
les 3 premiers sont des sons racines sans significations spécifique. Ne réciter que cela suffirais. KRIM est le son racine (BIJA mantra) de KALI particulièrement tandis que HRIM est celui de la Mère du Monde, indiquant l'Ernergie Primordiale...